Catégorie : Impression 3D

Initiation à la 3D avec Sylvain

Avec quel logiciel ?

Autodesk Fusion 360.

Pourquoi ce choix ?

  • Un logiciel complet.
  • Un logiciel disponible gratuitement (sous certaines conditions).

Pour quel usage ?

Utilisé pour réaliser de petites pièces techniques pour réparer des objets cassés ou réaliser des outils spécifiques pour les ateliers.

Quelques réalisations :

Poignée de baby-foot
Pièce centrale pour séchoir de type parasol

Les bases

  1. On part d’un dessin (sketch) auquel on ajoute des dimensions (cotes)
  2. On lui donne ensuite du volume par extrusion
  3. En répétant ces opérations, on obtient, par exemple,  une pyramide
    Avec peu de formes de base (lignes, carrés, rectangles, triangles et cercles) et les fonctions d’extrusion et de révolution nous pouvons déjà réaliser un très grand nombre de pièces techniques. La principale limite étant notre propre imagination.

Pièce de remplacement

En vert la pièce d’origine cassée, En rouge la pièce renforcée de remplacement dessinée puis imprimée.

La pièce tout juste finie d’imprimer.

Le projet FabLab

Chut… C’est un projet secret qui fera l’objet d’un article plus tard … Une photo a cependant fuitée d’une réunion technique. Il y a peut être un indice caché dedans ?


Oui ouante you (traduction : venez nous rejoindre)

N’hésitez plus, lancez vous aussi…

Visite au Salon 3D Print

Début juin avec Sylvain, nous nous sommes rendus au Salon 3D Print à LYON Eurexpo. Dans cet espace dédié à l’imprimante 3D nous avons rencontré une connaissance de Labo’M : Stephen en recherche de contacts pour son projet.

Pour avoir visité le même salon en 2016, on constate une évolution considérable du marché en un an. Alors que l’an dernier les exposants – surtout des fabricants – en étaient à présenter leurs produits en kits, cette année, ce sont les revendeurs  qui ont investi le hall d’exposition au point que nous n’aurions pas été surpris de découvrir Darty ou Boulanger au détour d’une allée. Un revendeur stéphanois Proshop 3D peut livrer et brancher votre machine à domicile : Flashforge –  Dremel – Stratomaker – Raise – Zortrax – Ultimaker etc … comme une simple machine à laver.

La tendance : L’ouverture du marché grand public ouvre la voie aux machines à la technologie « cartésienne » (calibrage du plateau automatique) au détriment des machines « delta » plus délicates d’utilisation. Le client des prochains mois : les PME qui vont installer une imprimante 3D aux côtés des photocopieur et  imprimante papier. Les prix ? : de 400 à 4000 €.

Machine à tout faire : Imprimante, graveur laser, scanner
Environ 1000 Euros.(machine ci dessus)

 
 
Scanner automatique EINSCAN-S processeur Intel Core I5 mini

  
  
  

 

Impression 3D : PLA et refroidissement de la buse

La petite dernière : carthésienne low-cost à monter soi même.

 

Je vous fais grâce des, environ, 6 heures de montage sans grande difficulté à l’aide des vidéos en ligne et des outils fournis.

Le réglage est un peu long car ralenti par les nombreux tests d’impression qui m’ont révélé que pour le PLA, le plateau de verre nécessite l’usage d’une laque 3D et d’une surface d’accroche élargie. En cas d’absence de laque une vitesse ralentie au maximum pour la première couche peut rendre service.

La buse n’est pas refroidie directement par un ventilateur dédié et ces derniers jours chauds rendent certaines impressions un peu difficiles, du coup j’ai placé un simple ventilateur domestique.

Le panneau de contrôle de l’imprimante qui indique la température de la buse m’a appris 2 ou 3 choses.

Sans ventilateur la température oscille autour de celle demandée avec une certaine inertie. J’ai vu du +/- 10° !! La résistance chauffante de la tête est peut être trop puissante ?

Par contre, avec le ventilateur domestique la température est devenue extrêmement stable et a suivi scrupuleusement la consigne.

Du coup je vais investir dans un ventilateur spécifique.